chargement

    Il existe une désorganisation de la perception la nuit. L’environnement familier devient inconnu, augmentant la crainte intérieure et favorisant l’imaginaire. S’installe alors une confusion entre réel et romanesque. Entre ombre et lumière. Comment se mêlent le réel et l’imaginaire dans la production nocturne ? Quand est-ce que le romanesque se mèle à l’observation, la perception ? Comment l’ambiance de nuit s’empare-t-elle des participants ? Il est difficile de définir pourquoi la nuit peut nous dominer et nous faire plier à ses exigences, offrant un lien unique et un regard propre à chacun. Que reste-t-il du souvenir nocturne ? Comment la perception de la nuit est personnelle à chacun, ou au contraire commune ? Comment recréer l’image cinématographique de scène de nuit ?

    Inès Longevial, DSAA Design Graphique, diplômée de la session 2013, lycée des Arènes.