chargement

    Vers des instants de qualité :
    J’ai choisi comme thème de recherche le vaste sujet de réflexion qu’est le Temps. Très tôt, m’est venue la nécessité de préciser ce questionnement. J’ai donc décidé d’interroger la représentation contemporaine du temps en la confrontant aux nouveaux mode de vie ainsi qu’aux nouvelles technologies. Cette confrontation a mis en évidence la sensation d’accélération de notre passage dans le temps, et pire que l’accélération, nous sommes maintenant confrontés à l’instantanéité. Durées, distances, images et informations se remplacent de plus en plus vite. Difficile de s’attarder sur les détails, notre attention est de plus en plus sollicitée. Or, si certains regrettent nos anciennes relations temporelles, je pense que cette nouvelle représentation propose certains avantages, et qu’un retour en arrière n’est pas envisageable. Toutefois, face au déferlement instantané d’informations et d’images nous sommes parfois perdus et découragés. Il me semble donc intéressant de trouver des moyens graphiques pour tenter de ponctuer, d’apaiser ou de hiérarchiser ces flux d’images et d’informations en perpétuel mouvement.

    Vers la création de poches de temps
    Comme réponse aux questions liées à l’instantanéité, je propose de créer des « poches de temps » : des instants forts et de qualité, qui ont cette faculté de nous extraire un moment des flux d’images et d’informations. Ces poches de temps permettent alors de retourner dans les flux en étant plus réceptifs. Afin de créer ces pauses je suis parti du concept grec du Kairos, qui est l’allégorie du moment opportun et de l’instant « T ». Le Kairos affirme qu’il existe des instants de meilleure qualité que d’autres. Selon moi, la diffraction de la lumière blanche est une mise en image d’un instant de qualité. L’apparition soudaine du spectre démarque cet instant des autres, et ensuite, les nuances de couleur ont cette capacité à nous retenir en nous immergeant dans le visuel. C’est donc en m’appuyant sur ce principe de diffraction du spectre et en travaillant avec la lumière que je tente de créer ces poches de temps.

    Posters lumineux (lumière = temps)
    Les posters noirs sont gravés mécaniquement selon un procédé de report de positions très précis. Ces posters demeurent monochromes jusqu’à ce qu’ils soient touchés par un faisceau lumineux ; alors les formes et les informations qu’ils détiennent se révèlent. Ici, c’est le surgissement de la lumière qui est mis en avant. L’instant de révélation de la forme se démarque du flux d’instants ordinaires. Ensuite, les mouvements quasi holographiques des formes permettent de retenir notre attention et de nous absorber dans le visuel. Encore une fois, les informations relatives au festival se révèlent au-fur-et-à-mesure de notre parcours de l’image.

    Pierre Manas, DSAA Design Graphique, diplômé de la session 2010, lycée des Arènes.